CRPG-Recherche

Paléoaltimètrie

Tant d’un point de vue climatique que géodynamique, il apparaît aujourd’hui fondamental de pouvoir reconstituer l’histoire du soulèvement des grandes surfaces orogéniques telles le Plateau Tibétain. La mise au point d’un paléo-altimètre fiable se heurte néanmoins à l’absence d’un enregistrement direct et le recours nécessaire à d’autres grandeurs physiques dépendant en partie de l’altitude. En estimant des paléo-températures ou des paléo-pressions et moyennant la connaissance des gradients de décroissance de température ou de pression avec l’altitude, on peut en effet estimer la paléo-élévation d’une surface. Cependant les variations climatiques globales ou l’indétermination sur les paléo-environnements d’espèces aujourd’hui disparues (dans le cas de méthodes basées sur les paléoflores) viennent se surimposer aux effets de variations d’altitude et conduisent à des incertitudes difficiles à estimer et parfois à des résultats très surprenants. L’idée du projet, qui avait bénéficié d’un financement ACI Blanche en 2000, était donc de mettre au point une nouvelle méthode croisée de mesures géochimiques qui fournisse un paléo-altimètre absolu et de l’appliquer à une région de Hauts Plateaux. Elle se base sur la propriété suivante : le flux de particules cosmiques reçu par une roche à la surface de la terre croît de manière exponentielle avec son altitude, à mesure que l’épaisseur de l’atmosphère “ protectrice ” décroît. Ces particules interagissent avec les minéraux de la roche et produisent des isotopes cosmogéniques, dont les concentrations augmentent en conséquence avec l’altitude.

Ref : Blard, P. H., Lavé, J., Pik, R., Quidelleur, X., Bourlès, D., & Kieffer, G. (2005). Fossil cosmogenic 3He record from K–Ar dated basaltic flows of Mount Etna volcano (Sicily, 388N) : Evaluation of a new paleoaltimeter. Earth and Planetary Science Letters, 236(3-4), 613–631.